Palmyre & Co

Accueil » Non classé » Les obus jouaient à pigeon vole

Les obus jouaient à pigeon vole

Raphaël Jerusalmy, Editions Bruno Doucey 2016

Afficher l'image d'origine1916 : tranchée de première ligne, au lieu-dit le Bois des Buttes. Le 17 mars à 16 h, le sous-lieutenant Cointreau-whisky, alias Guillaume Apollinaire, engagé volontaire, est atteint à la tempe par un éclat d’obus alors qu’il lit une revue littéraire. La revue qu’il tenait au moment de l’impact, annotée de sa main, vient d’être retrouvée en Bavière….

 

Extrait :
 Rien ne sera plus jamais pareil. Mais ce ne sera pas à cause de la guerre.
 Lorsqu'elle a commencé, la tour Eiffel penchait déjà. Et les toits de Paris virevoltaient autour d'elle depuis belle lurette. Jaillis de la palette de Delaunay, ils tournoyaient gaiement au-dessus du pont Mirabeau dans un tourbillon de couleurs et de cercles. Bien avant que le ciel dégorge des fusées et des bombes. Et les vaches voltigeaient parmi les nuages bien avant qu'un obus envoie la Marguerite de Père Ubu planer au-dessus du champ de bataille. Elles flottaient, entières et paisibles, en haut d'une toile de Chagall.
 Pour ce qui est du grand chambardement, les artistes ont une longueur d'avance sur les généraux. C'est normal, Pétain ne sait pas peindre.

 

 

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :