Palmyre & Co

Accueil » exposition

Archives de Catégorie: exposition

Autour du Japon “Affinités partagées”

Solitude au désert,
feuilles de platine et laque, 65 × 60 cm.
du 21 novembre au 16 décembre 2018
tous les jours de 16 h à 21 h

33 (0)1 48 74 27 80
www.19paulfort.com • helenaziza@19paulfort.com

Maria Borrély, une écrivaine fondamentale qui retrouve son souffle grâce aux éditions Paroles

42689813_892259930969352_927524313857261568_n.pngLes éditions Paroles  et l’association langage pluriel organisent depuis le 5 octobre 2018 des rencontres à travers les Alpes-de-Haute Provence sur les traces de l’écrivaine incontournable Maria Borrély, (Marseille 1890- Digne-les-Bains -1963)

voir programme

flèche

Vues_de_la_France_en_1900_-_1097_vue_generale_de_Peipin_canton_de_Volonne_departement_des_Basses-Alpes_devenues_Alpes-de-Haute-Provence

 

archives dep 3

"Là, un jour de grand vent se pendit dans sa grange le Tite Meiffrein. Il vivait avec sa mère, la pauvre Antoinette Meiffrein, une femme raisonnable et estimée. Vieille, elle tomba en enfance, mourut de la maladie de la pierre.
La maison est écroulée de fond en comble. C’est tout couvert de bardanes.
Embrassant d’un coup d’œil le village froid où il n’y aura bientôt que pierre sur pierre, la Pélagie se dit que tout ici est éteint : les cris de joie, la voix des jeunes mariés, le bruit des foulaisons et les feux des lampes …
(…) Dans toutes ces maisons à courants d’air, il semble que du monde ne s’arrête pas de parler … »
Maria Borrely, « Le dernier feu », 1931

 

 


La fabrique des corps – le livret

6ème Salon méditerranéen
des publications de femmes 

6 et 7 avril 2018

Livret complet

cliquer ici

Sans titre

Rétrospective rapide en image et textes

« FEMMES corps, genre, sexe dans tous leurs états »

Judith

La photographe Judith Martin-Razi a voulu à travers vingt tableaux photographiques montrer que le genre féminin se décline à travers diverses étapes d'évolution, de transformation ou de situation et qu'à chaque fois dans une attitude, un vêtement ou pas, un accessoire, la femme révèle sa spécificité particulière et unique. Mais pour chaque photographie Judith Martin-Razi fait ressortir l'humanité, la dignité et la force des femmes.

- Aleksey D’Havlcyon la modèle, 
- Mélanie Rathelot la maquilleuse des effets spéciaux 
- Jacques Ariès le coiffeur 
- Patrick Di Domenico l’assistant

 

« LE CORPS DES FEMMES EN POTERIE »

2e

 

3

Les corps des femmes sont aujourd’hui encore à disposition et nous avons, aujourd’hui encore à penser aux manières de le reconquérir. Comme le dit Geneviève Fraisse, si « le corps est évidemment partie prenante du fantasme et de l’image, s’il est au cœur des débats sur le sexe et le genre », il est aussi « une matière qui parle », il est un « un langage de l’émancipation. »

 

Sans titre 4

Dans l’imaginaire collectif, la parole publique des femmes et la présence des femmes dans l’espace public sont encore trop souvent sujet à caution. Les « hommes publics » sont aux commandes du politique, « les femmes publiques » sont encore identifiés dans le langage courant comme des femmes vénales, des moins que rien.

 

Sans titre5

« Voiler les filles, écrit Chahdortt Djavann dans Bas les voiles, cela signifie en faire des objets sexuels. Les femmes voilées, en France ou dans d’autres pays démocratiques, attirent les regards, attisent les regards. Elles accèdent au statut d’image, au même titre que ces femmes qu’on voit sur les couvertures des magazines pour homme. Être voilée, s’afficher voilée, c’est être constamment, et avant tout, la femme objet sexuel ».

 

Sans titre6

Dans notre société, nous sommes bombardés d'informations, d'images, de légendes, de vidéos, de messages à connotation sexuelle. Ces messages crus et violents formatent la sexualité en proposant un modèle de comportement sexiste aux jeunes. De plus, les pratiques ne sont vues que comme une succession d’actes. Il faut performer, aller toujours plus loin et peu importe ce que l’on ressent profondément. Nous sommes dans une époque de la surenchère, du paraitre. Il faut se montrer sur les réseaux sociaux, se montrer sexy, parfait, se vendre… Il y a une perte de l’individualité. Cette société de l’image, du paraître et de l’hyper sexualisation fait qu’à 12-13 ans on ne s’éveille pas doucement, à son rythme à la sexualité en étant soi-même, mais en se calquant sur des scénarios de films pornographiques car c’est le seul modèle proposé.

 

Sans titre7

 

Sans titre8

La marchandisation des corps commence dès lors que l’on morcelle les corps. La lutte pour la dignité de l’intégrité corporelle est certainement un défi majeur de notre humanité contemporaine.

 

Sans titre9
Sans titre20
Sans titre10png

L’alimentation semble être l’un des principaux facteurs responsables des variations observées entre les squelettes des femmes et des hommes. Une nourriture de qualité est, en effet, essentielle au moment où la maturation corporelle s’élabore ; elle stimule la croissance de l’enfant, produit un squelette « fort » et préserve aussi la santé de l’adulte. Tout déficit nutritionnel, au contraire, entrave le développement, produit un squelette « faible », de densité réduite (ostéoporose), et nuit à la santé de l’adulte. Or, comme le montrent les études de genre, l’organisation sociale est inégalitaire, au détriment des femmes. Elle se manifeste, quant au squelette, dans l’accès aux ressources alimentaires, comme le prouve l’augmentation du dimorphisme sexué (écart entre la moyenne des femmes et des hommes) quand les conditions économiques se dégradent , mais aussi dans l’activité sociale qui contrôle les mouvements possibles du corps.

 

Sans titre11
Sans titre12

Lisant ce thème, j’ai immédiatement pensé à une pièce de Sophocle dont seule la trame nous reste. Il s’agit de La voix de la navette.Une jeune femme, Philomèle, est violée par son beau-frère Terée, celui-ci lui coupe la langue pour qu’elle se taise. Mais Philomèle tisse une étoffe qui raconte son supplice et ainsi dénonce son bourreau. Nos corps ont la mémoire de cette interdiction de parler, d’agir mais les femmes ont inventé et inventent sans cesse une voix de la navette pour contourner cet interdit édicté par la loi des pères.

 

Sans titre13

Nous voyons l'activisme comme une responsabilité civique. Il est pour nous l'une des principales formes que le féminisme doit prendre, impérative pour réaliser ce monde égalitaire auquel nous rêvons. 

 

Sans titre14

Ici, comme ailleurs, Marseille a été le reflet de la place réduite que l’Histoire, trop longtemps écrite uniquement par des hommes, a réservée aux femmes. Cependant la ville a un boulevard emblématique, le « boulevard des Dames », qui reconnaît aux femmes un rôle dans 33 la grande histoire nationale, leur courageuse défense en 1524 de la cité assiégée par les troupes de Charles Quint, l’ennemi juré de François 1er. Avec la « place des Marseillaises » au pied des escaliers de la gare Saint-Charles, elles font même un doublé.
Sans titre 15

S'appuyant sur l'instrument de pensée qu'est la psychanalyse, Antoinette FOUQUE a travaillé les bases théoriques qu'elle a données à la libération des femmes et élaboré de nouveaux concepts : « forclusion du corps de la mère », « homosexualité native », « libido 2 », « envie de l’utérus », « impérialisme du phallus »...
Sans titre17

 

Catherine LECOQ a lu une lettre de Pinar Selek, une exilée sous la menace d’une condamnation à perpétuité, une lettre bouleversante et dramatique.

Il m’est difficile d’écrire cette lettre car je viens d’apprendre une mauvaise nouvelle au sujet du cauchemar qui me menace depuis 20 ans. Oui, début juillet 1998, c’est-à-dire il y a vingt ans, je me suis trouvée dans les mains des bourreaux qui ont ensuite jeté mon corps comme un cadavre en prison. J’y suis restée deux ans et demi, sans pouvoir utiliser mes mains, mes bras, en voyant mes longs cheveux tomber, tomber… La résistance, la mort, les cris et tant d’autres choses….

 

La première monographie du photographe Jean-François Bauret

bauret_couv_longue

Textes de Gabriel Bauret, préface de Claude Nori
Avant-propos d’Anne de Stäel

 

ll aura fallu deux ans de travail pour réaliser un livre qui retrace pour la première fois l’ensemble du parcours de ce grand photographe, disparu en 2014, et considéré comme l’un des plus audacieux de son époque.
Cette monographie reproduisant ses meilleures photographies replace la vie et l’œuvre de Jean-François Bauret dans le contexte de la création photographique française de ces quarante dernières années.
Dans le bouillonnement de la fin des années soixante, il fit scandale bien malgré lui et contribua à changer les mentalités dans une société alors sclérosée. Il apporta un vent de liberté dans la publicité en faisant poser des hommes nus, des femmes enceintes, aussi bien que des gens ordinaires. Il fit le portrait de nombreuses figures de l’art, du spectacle et de la littérature comme Klaus Kinski, Dominique Sanda, Nathalie Baye, Michel Tournier ou Laurent Terzieff, auxquels il demandait de « lâcher prise ».
Dans son studio de la rue des Batignolles à Paris, il poursuivit toute sa vie une œuvre profonde et solitaire et il n’a cessé, en marge de ses commandes, de réaliser des portraits, d’entreprendre des recherches de plus en plus personnelles sur le corps et la nudité qui tendaient chez lui à se confondre, comme en témoignera le livre Portraits nus publié chez Contrejour en 1984. Celles-ci l’amèneront entre autres à développer plusieurs séries de prises de vue dans lesquelles il invitait ses sujets à se mettre en mouvement et à dessiner une forme de chorégraphie devant l’appareil, au lieu de poser de façon statique.

Exposition du  25 mai au 23 juin

logo_new

 

La fabrique des corps, photos de Judith Martin Razi

Dans le cadre du
Salon Méditerranéen des publications de Femmes
à Marseille les 6 et 7 avril
réalisation d’une exposition photos sur le thème
de la fabrique des corps, sexe et genre
Voir La fabrique des corps…

Judith MARTIN-RAZI RECIDIVE DE PHOTOGRAPHIE, FEMMES

Un jeu de vingt photographies énonce au féminin les mutations souvent évoquées politiquement, socialement, charnellement.

Sa part d’artiste photographe nous relance dans cette actualité.

Mais de ce travail, c’est une femme icône, une seule qui témoigne dans une morphologie multiple des apparences.

Ce modèle là deviendrait presque la nouvelle Eve dans un jardin partagé. Adam pourrait s’en extraire (volonté ?).

Cette Eve se vêtit de parures signifiantes. Dans ce voyage plusieurs exemples surgissent :

Eve cabossée le visage martyrisé où manquerait la hargne d’une couronne d’épine. Une ombre verte au tableau, fantomatique, une serrure de grillage donne la clef de la toute puissance soumise à la dépossession du corps féminin.

Mais cette Eve transfigurée malgré tout reste rebelle puissante.

Quand elle se grime d’atours de guerre l’handicap d’une jambe articulée, Eve trône pour dire ses vérités.

Je suis multiple en une, elle élève l’homme en leur jardin commun, son ventre attend un enfant possible.

L’artiste s’est mariée avec Eve vingt fois, une bague généreuse au doigt atteste les vingt témoignages photographiques.
Yves Yacoël
Artiste plasticien
Mars 2018

La fabrique des corps…

Un rendez-vous à ne pas manquer

6ème salon méditerranéen
des publications de femmes 

Expositions, tables rondes…. 
 Vendredi 6 avril 2018 de 14h à 18h 
et Samedi 7 avril 2018 de 10h à 17h 
Cité des Associations 
93 la Canebière 13001 Marseille. 
Organisé par le Collectif13 Droits des Femmes
Cliquer sur l’image pour voir  le programme complet

baniere pour blog ffm

2018 … l’aventure culturelle continue !

Petite rétrospective en image 
de nos passions et émotions

et très belle année 2018 !

 

art          theatre         musique    style-design       cinema  litterature-essaimusee

Ce diaporama nécessite JavaScript.